Dans la rue

  • Trois employés de Power Corporation ont participé à la seconde édition d’Une nuit dans la rue tenue le jeudi 4 octobre 2018, ce qui a permis de récolter plus de 130 000 $.

    Photo: Pierre Piché

  • Lors de l’événement Une nuit dans la rue, le 5 octobre 2017, un souper est servi à plus d’une cinquantaine de personnes du milieu des affaires. Au menu, comme au centre de jour de Dans la rue, soupe et lasagne.

    Photo: Patrick Seguin

  • Une dizaine de jeunes s’apprêtent à prendre place dans la roulotte qui offre un répit temporaire de la rue. La Roulotte est souvent le premier palier du long processus de construction d’une relation de confiance avec les jeunes marginalisés.

    Photo : Cindy Boyce

  • Un jeune assis sur son lit à l’abri d’urgence « le Bunker ».

    Photo : Cindy Boyce

  • Des jeunes se font servir le repas à la cafétéria du Centre de jour.

    Photo : Cindy Boyce

  • Un jeune en consultation avec les deux psychologues du Centre de jour.

    Photo : Cindy Boyce

EN CHIFFRES

Dans la Rue a été fondée en 1988 par le Père Emmett Johns

Chaque année, la cafétéria sert près de 40 000 repas équilibrés aux jeunes démunis

Les bénévoles donnent plus de 11 000 heures pour aider les jeunes chaque année

Cette année, la Roulotte a reçu plus de 17 000 visites de jeunes sans-abri ou en situation précaire

Le Bunker est une maison d’hébergement d’urgence, mixte, pouvant recevoir 17 jeunes âgés de 12 à 21 ans

Plus de 130 000 $ ont été amassés dans la cadre de la première édition d’Une nuit dans la rue
 

Une philosophie basée sur le dévouement, l’empathie et le respect

Le nom du Père Emmett Johns a une résonnance forte et positive dans l’esprit de bien des jeunes sans-abri du centre-ville de Montréal, et ce depuis déjà plus de 25 ans. En 1988, le Père Johns – surnommé Pops  – emprunta 10 000 $ et acheta un motorisé usagé pour parcourir les rues et venir en aide aux jeunes vulnérables et sans abri. En peu de temps, le Père Johns fonda Le Bon Dieu dans la rue qui aujourd’hui est reconnu à travers le Québec par son expertise dans la lutte à l’itinérance jeunesse. Tout le mérite du succès de Dans la rue revient au Père Johns et à sa conviction que les jeunes méritent tous un repas chaud, un toit et qu’ils doivent être traités avec respect et empathie sans être jugés.

Par son altruisme, son respect et sa volonté d’aider, l’exemple du Père Johns a inspiré une équipe de professionnels multidisciplinaires qui offrent maintenant divers services et programmes sous la bannière «  Dans la rue ». Son initiative vis-à-vis des jeunes dans la rue se poursuit avec la Roulotte qui sillonne les rues de Montréal cinq nuits par semaine.

Complètement gérée par des bénévoles, les jeunes se voient offrir de la nourriture chaude et des breuvages, ainsi que des articles de soins personnels. La Roulotte est un peu le symbole de l’organisme, puisqu’elle constitue souvent le premier contact des jeunes avec Dans la rue et on y trouve de l’information sur les autres services offerts.

Le Centre de jour et le Bunker

On compte, certains jours, jusqu’à 200 jeunes sans-abri qui se rendent au centre de jour de Dans la rue. Certains y viennent pour un repas chaud ou pour demander conseil auprès de l’équipe d’intervention hautement qualifiée de l’organisme. Tandis que d’autres fréquentent l’école Emmett Johns ou participent aux différents programmes d’employabilité.

Le Bunker, lui aussi administré par l’organisme, est situé dans le même secteur où l’on trouve d’autres services pour les jeunes marginalisés. Cette maison d’hébergement d’urgence accueille des jeunes sans-abri âgés entre 12 et 21 ans, en priorité les mineurs, pour la nuit. Les jeunes peuvent obtenir un souper nutritif et un petit déjeuner, faire le point sur leur situation avec des conseillers et dormir en sécurité loin des dangers et du stress de la vie dans la rue.

L’objectif principal de l’équipe de Dans la rue est de leur venir en aide en veillant à leurs besoins immédiats et en travaillant avec eux afin qu’ils puissent acquérir les compétences et les ressources nécessaires pour mener une vie plus autonome et plus enrichissante.

« En octobre 2018, j'ai eu le privilège de participer à la seconde édition d’Une nuit dans la rue, qui visait à faire connaître plus intimement l’organisme Dans la rue à une cinquantaine de personnes du milieu des affaires montréalais, » a indiqué Pierre Piché, vice-président de Power Corporation. « Ces personnes ont fait l’expérience de dormir dehors et ont levé des fonds pour l’organisme. Grâce à cet événement, je peux mieux comprendre la difficile réalité des jeunes itinérants, ainsi que le savoir-faire et le dévouement impressionnants des intervenants de Dans la rue. »

« Dans la rue est extrêmement reconnaissant du soutien qu’il reçoit de ses fidèles partenaires comme Power Corporation. Sans leur engagement à notre cause, nous ne pourrions pas établir un contact avec les jeunes sans-abri et effectuer ce travail au quotidien, » a indiqué Cécile Arbaud, directrice générale de Dans la rue. « Les jeunes sont toujours heureux lorsqu’ils voient l’implication de la communauté. Cela leur rappelle qu’ils ne sont pas seuls et cela leur redonne espoir. »

«
Je peux mieux comprendre la difficile réalité des jeunes itinérants, ainsi que le savoir-faire et le dévouement impressionnants des intervenants de Dans la rue.
»
Pierre Piché
Vice-président
Power Corporation

Vidéos

Voir les vidéos de Dans la rue.
PARTAGER