Médecins sans frontières (MSF)

  • Hôpital MSF, Port-au-Prince, Haiti.

    Photo : Yann Libessart

  • Un membre de l’équipe médicale de MSF vient en aide à un enfant atteint de brûlures, en Syrie du Nord.

    Photo : MSF

  • Personnel de soins de MSF au travail dans un camp des Nations unies, au sud du Soudan.

    Photo : Matthias Steinbach

  • Jeune fille sévèrement brûlée traitée à l’Hôpital MSF Drouillard de Port-au-Prince en Haiti.

    Photo : Yann Libessart

  • Un agent de santé effectue un test de dépistage du paludisme sur un enfant dans une clinique mobile extérieure située dans une communauté du Soudan du Sud.

    Photos : Siegfried Modola

  • Une secouriste de MSF apporte une aide psychologique à un homme secouru en tentant de traverser la Méditerranée.

    Photo : Borja Ruiz Rodriguez/MSF

  • Au centre de traumatologie de Kunduz, en Afghanistan, les traitements sont prodigués gratuitement aux patients, indépendamment de leurs allégeances politiques.

    Photo : Andrew Quilty/Oculi

EN CHIFFRES

Mondialement, MSF gère des projets médicaux dans environ 70 pays et possède des bureaux nationaux dans 21 pays

Quelque 166 000 Canadiens ont donné un total de 55 millions $ à MSF Canada en 2016

177 professionnels canadiens de la santé collaborent avec MSF Canada

Un organisme d’envergure mondiale dont le succès repose sur un soutien local

Karina Zavala, entraîneuse de soccer à Saint-Jean, Terre-Neuve, a organisé un tournoi de soccer, au cours de l’automne 2016, dans le but de recueillir des fonds pour aider Médecins sans frontières (MSF) et soutenir son travail à Haïti, en Syrie et dans d’autres pays où les besoins humanitaires et médicaux sont grands. Les efforts de Karina illustrent bien l’ampleur du soutien populaire dont bénéficie MSF au Canada et à travers le monde.

Le mouvement a commencé en 1968, lorsqu’un groupe de jeunes médecins s’est mobilisé pour venir en aide aux victimes de guerres et de catastrophes majeures en créant un groupe de professionnels de la médecine prêts à dénoncer les atrocités dont ils seraient témoins. Des médecins bénévoles canadiens ont ensuite créé une association MSF en 1989 qui s’est jointe officiellement au mouvement international en 1991. MSF a reçu le Prix Nobel de la paix en 1999.

Il ne fait aucun doute que le succès mondial de MSF et sa réputation d’organisme axé sur le bénévolat altruiste et l’impact social sont à la mesure du soutien de collecteurs de fonds comme Karina. Rien qu’en 2016, MSF a reçu de quelque 160 000 Canadiens des dons totalisant 55  millions $, une démonstration claire de la valeur que les Canadiens accordent au travail humanitaire de MSF pour sauver des vies et soulager les souffrances de collectivités diverses dans les endroits les plus déchirés par les guerres ou les cataclysmes.

Aller là où l’aide est requise

MSF travaille dans près de 70 pays, dans des zones où les gens sont devenus vulnérables à cause de conflits, de déplacements ou de négligence. L’organisme s’efforce de soulager leurs souffrances en fournissant des soins médicaux d’urgence aux gens exposés aux blessures, à la maladie ou à la mort. La présence de MSF peut constituer une lueur d’espoir pour ceux dont le sort risque d’être méconnu par le reste du monde. Son engagement à respecter des principes de neutralité et d’impartialité permet à ses équipes de prodiguer des soins à ceux qui en ont le plus besoin, quelles que soient leurs convictions religieuses, leur appartenance culturelle ou leur allégeance politique. Les besoins auxquels sont confrontés les organismes qui réagissent aux crises humanitaires dans des régions comme la Syrie, le Yémen ou le Nord du Nigeria sont considérables, mais MSF s’efforce de soigner les patients un par un, fidèle en cela à ses valeurs médicales et humanitaires et considérant chaque vie comme méritant d’être sauvée.

Les sommes recueillies par MSF au Canada sont directement investies dans des programmes dans 27 des pays où MSF œuvre, de même que dans les efforts internationaux de l’organisme en matière de recherche et de sauvetage en Méditerranée.

Durant la fin de semaine au cours de laquelle se tenait le tournoi de collecte de fonds organisé par Karine, MSF multipliait ses interventions sur une autre île plus au sud, Haïti, où l’ouragan Matthew avait une fois de plus fait des ravages.

MSF œuvre à Haïti depuis 1991. Sa présence dans ce pays démontre à quel point l’organisme intègre efficacement ses ressources au sein des collectivités locales pour assurer que son impact soit durable. MSF gère six hôpitaux dans la région métropolitaine de Port-au-Prince : l’unité pour grands brûlés de l’hôpital Drouillard, la clinique d’urgence de Martissant, l’hôpital de chirurgie et de traumatologie Nap Kenbe, le Centre de référence des urgences en obstétrique (CRUO), la clinique Pran Men’m, qui fournit des soins médicaux d’urgence aux victimes de violence sexuelle et fondée sur le genre, ainsi que l’unité de réponse aux urgences et au choléra, qui peut être déployée rapidement.

Comme l’explique le directeur exécutif de MSF Canada, Joe Belliveau, « nos programmes d’aide médicale d’urgence évoluent continuellement pour s’adapter à des contextes changeants; nous sommes donc reconnaissants du soutien apporté par Power Corporation qui donne à MSF la flexibilité nécessaire pour fournir des soins médicaux là où ils sont le plus nécessaires ».

« Médecins sans frontières a rehaussé le niveau des ressources en matière d’aide humanitaire disponibles à travers le monde grâce à son approche unique, visant à identifier les besoins et à trouver des solutions locales », affirme Paul Genest, premier vice-président de Power Corporation. « À titre de société d’envergure internationale, nous appuyons sans réserve MSF, qui s’efforce d’améliorer les conditions de vie dans les situations les plus difficiles qu’on puisse imaginer. MSF est pour nous une véritable source d’inspiration. »

«
Médecins sans frontières sans frontières a rehaussé le niveau des ressources en matière d’aide humanitaire disponibles à travers le monde grâce à son approche unique, visant à identifier les besoins et à trouver des solutions locales.
»
Paul Genest
Premier vice-président
Power Corporation

Vidéo

Voir les vidéos de Médecins sans frontières.
PARTAGER